La darija langue « naturelle » du théâtre marocain ?

Contenido principal del artículo

Omar Fertat

Resumen

À ses débuts le théâtre marocain, animé essentiellement par de jeunes issus des mouvements nationaliste et réformiste, adopta comme langue l’arabe classique ou littéraire. Mais très rapidement la Darija ou langue arabe marocaine, sera de plus en plus adoptée par les dramaturges marocains, jusqu’à devenir, à partir des années 1950, la langue principale du quatrième art marocain. Cet article essaiera de brosser un tableau panoramique de l’utilisation de la darija dans le théâtre marocain en s’arrêtant sur les moments les plus importants de ce processus et en mettant en lumière les expériences les plus marquantes de quelques dramaturges comme Bouchïb el Bodaoui, Abdellah Chakroun, Tayeb Al-Alj, Tayeb Saddiki, Mohamed Kaouti, qui ont non pas seulement utilisé cette langue comme moyen de communication ordinaire mais en la consacrant définitivement comme moyen d’expression artistique et littéraire.

Palabras clave
Theater, Art, Darija, Morocco

Descargas

Los datos de descargas todavía no están disponibles.

Detalles del artículo

Cómo citar
Fertat, O. (2020). La darija langue « naturelle » du théâtre marocain ?. Al-Andalus — Magreb, 26(1), 1-27. https://doi.org/10.25267/AAM.2019.i26.12
Sección
Articulos

Citas

a) Ouvrages relatifs au théâtre arabe
GARFI, Mohamed. 2009. Musique et spectacle. Le théâtre lyrique arabe esquisse d’un itinéraire (1847-1975). Paris, L’Harmattan.
HEKEM, Rolf C. 2015. (établi par). Théâtre dans le monde arabe, Tunis. Sud Éditions.
KOUERI. Joseph. 1948. Le théâtre arabe au Liban. Louvain, Cahier Louvain.
LANGONE, Angela Diana. 2016. Molière et le théâtre arabe : réception moliéresque et identités nationales arabes. De Gruyter Libri.
LANDAU, Jacob. 1965. Études sur le théâtre et le cinéma arabes. Paris, Maisonneuve et Larose.

b) Ouvrages relatifs au théâtre marocain
b.1.) En langue française
CHAKROUN, Abdellah. 1997. À la rencontre du théâtre au Maroc. Casablanca, imprimerie Najah al-Jadida.
EL BAYED. Fouziya. 2016. Esthétique de la transcendance et de l’immanence. Théâtre et identité́. Rabat, Marsam.
FERTAT. Omar. 2018. Le Théâtre marocain à l’épreuve du texte étranger, traduction, adaptation, nouvelle dramaturgie. Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux.
OUZRI, Abdelwahed. 1997. Le théâtre au Maroc structure et tendances. Les éditions Toubkal.

b.2.) En langue arabe
KHALID, Amine. 2011. al-Masraḥ wa dirāsāt al-furǧa (Le théâtre et les études du spectacle). Tanger, Manšūrāt al-markaz al-dawlī li dirāsāt al-furǧa.
BAĠDĀD, Mustafā. 2000. al-masraḥ al-maġribī qabla al-istiqlāl, (Le Théâtre marocain avant l’indépendance). Casablanca, Manšūrāt a-Rihan al-āẖar.
BENNANI, Rachid. 2008. al-Masraḥ al-maġribī qabla al-istiqlāl. Dirāsa drāmāturġiya (Le théâtre marocain avant l’indépendance). Rabat, Dār al-Watan li al-saḥāfa wa al-tibāʿa wa al-našr.
CHAKROUN, Abdellah. 1997. Ḥayāt fī al-masraḥ (Une vie dans le théâtre). Casablanca, Matbaʿat al-naǧāḥ al-ǧadīda.
KAGHAT, Mohamed. 1986. Binyāt al-t’alīf al-masraḥi bi al-maġrīb mina al-bidāya ilā al-ṯamānīnāt (Structures de l’écriture dramatique des débuts jusqu’aux années 80). Casablanca, Dār al-ṯqāfa.
MNIAÏ, Hassan. 2000. Abḥāṯ fī al-masraḥ al-maġribī, (Recherches sur le théâtre marocain). Rabat, Manšūrāt al-Zamān.
MRĪNI, Hūsīn. 2002. Min ṯanāyā al-ḏākira. awrāq min masīrat al-masraḥ al-maġribī. (1948-2001). (Des plis de la mémoire, feuilles de l’évolution du théâtre marocain (1948-2001). Kenitra, Būkili li al-ṭibāʿa wa al-našr.