La gestion des riparia dans l'Empire Romain de l'antiquité tardive: les points de vue de l'arpenteur et de l'agronome

Descargas

Visitas a la página del resumen del artículo:  174  

Información

Temático
73-97

Autores/as

Resumen

Au Ve siècle, les géomètres de l’Etat déterminent souvent les limites (fines) au moyen des cours d’eau (riui, aluei, fluuii, aquae uiuae), organisent de petits domaines (casae) en recensant les ressources hydriques, protègent la propriété publique des lits des fleuves. L’agronome Palladius considère les riparia dans le cadre d’un grand domaine privé (uilla). Il utilise les ressources des étangs et de la mer, développe les cultures et l’élevage dans ces zones humides, modifie le milieu ou recrée les conditions ripariennes, tout en se maintenant hors des zones humides insalubres. Le géomètre et l’agronome n’interviennent pas sur les terres des pagi, bien représentés sur les riparia.

Descargas

Los datos de descargas todavía no están disponibles.

Cómo citar

Peyras, J. (2016). La gestion des riparia dans l’Empire Romain de l’antiquité tardive: les points de vue de l’arpenteur et de l’agronome. Riparia, 73–97. Recuperado a partir de https://revistas.uca.es/index.php/sig/article/view/3034